Coup d’oeil sur « EAST/WEST » d’Harry Gruyaert

Dans la série « petit retour » j’innove cette fois avec un livre photo. Depuis quelques temps j’avais envie d’aller plus loin dans l’exploration et la compréhension de la photographie, moi qui ai commencé à éduquer mon œil avec flickr et Instagram.
Après avoir lu les différents articles de Thomas Hamoundi sur l’intérêt d’une bonne biblio je me suis documentée sur certains auteurs et j’ai commandé mes premiers ouvrages.

Pour commencer donc, « EAST/WEST » d’Harry Gruyaert. Deux tomes pour deux univers opposés : Los Angeles/Las Vegas en 1981 et Moscou en 1989

Loin de moi l’idée d’apporter une critique complète et détaillée du livre, je ne saurais pas le faire. L’intention est plutôt le partage d’un ressenti et du plaisir de la découverte. Et peut-être que par ce retour votre curiosité sera piquée, comme un simple photo sur twitter a pu le faire sur moi.

En amoureuse des ambiances et des paysages californiens j’ai d’abord été attirée par le tome WEST. Une rétrospective des photos de l’auteur prises à la pellicule kodachrome entre Los Angles et Las Vegas en 1981 (contre 1989 pour le livre EAST). On parcourt un road movie à l’américaine (l’auteur se disant lui même très influencé par le cinéma), en passant des parkings et diners aux stations services de bord de route.

La liberté se fait sentir même si, paradoxalement, on a une impression de solitude au milieu de ces étendues figées. On y voit peu de monde contrairement aux photos du tome EAST où la vie est bien présente, insufflée par des groupes d’enfants ou des personnes en train de discuter.

A la lecture, la dualité des deux tomes permet d’avoir une vision d’un même observateur : les points de convergence dans les cadrages par exemple, ou dans l’utilisation des couleurs.

D’ailleurs, concernant  le travail de la couleur, Gruyaert est incontournable dans ce domaine. Il fait parti des précurseurs parmi Saul Leiter, Joel Meyerowitz ou encore Stephen Shore. Et la préface (très intéressante) de David Campagny permet de remettre ces photos dans leur contexte historique, lorsque la photo couleur n’était pas encore pleinement considérée dans le milieu. Il y a ici des petits bijoux qu’on ne se lasse pas de regarder. Et chaque tome a sa particularité dans la colorimétrie, le flamboyant coté ouest et le délavé coté est.

De façon plus matérielle maintenant le coffret est beau et de bonne qualité, c’est un bel objet. L’impression est également de bonne facture : on prend plaisir à tourner les pages et à s’attarder sur les différentes photos.

Auteur : Harry Gruyaert
Editeur : Éditions Textuel
Date de sortie : 4 octobre 2017
Nombre de pages : 160
Prix : 65€

error: Content is protected !!